Catherine Falquerho
07 69 70 88 11

Comment l’hypnose va agir sur notre mieux être ?

Il est important de comprendre le fonctionnement de notre cerveau pour comprendre comment l’hypnose thérapeutique peut agir sur nos maux.
Notre cerveau est organisé en 2 zones : à gauche, un cerveau logique, qui analyse, réfléchit, raisonne. A droite, un cerveau émotionnel, qui rêve, ressent, imagine, crée.

Dans un état de conscience modifiée, la personne hypnotisée va pouvoir mettre en place, une distance par rapport à une douleur physique, à une situation douloureuse ou modifier un comportement mais aussi transmuter une émotion négative pour qu’elle ne l’impacte plus au quotidien. Pour cela, le thérapeute va proposer à l’inconscient des suggestions en utilisant des métaphores, des visualisations mentales que l’inconscient retiendra, ou pas, pour mettre en place les changements souhaités.

Votre inconscient ne retiendra que les suggestions qui lui semblent justes et utiles pour vous

 

Parfois, nous souhaitons mettre en place des changements mais nous n’y parvenons pas malgré une grande détermination.

La partie consciente de notre cerveau (le cerveau gauche) veut mais la partie inconsciente, émotionnelle (le cerveau droit) l’en empêche. Nous restons bloqués, paralysés par la blessure inconsciente qui nous chuchote « je ne peux y arriver, ça va faire mal, j’ai peur. »

Nos croyances limitantes

Depuis notre conception, toutes les situations mal vécues, petites ou grandes, ont laissé des traces.
Aujourd’hui, nous revivons inconsciemment ces blessures : d’abandon, de trahison ou de rejet, d’humiliation ou d’injustice….

Une simple phrase entendue un jour sur le banc de l’école, (« ne choisis pas cette voie, tu n’y arriveras pas ») ou qui nous a été sans cesse répétée par nos parents (« ctu es trop ceci ou trop cela « ). C’était il y a bien des années, 10, 20, 30 ans peut-être, et pourtant le cerveau émotionnel, inconsciemment, s’en souvient encore.

Peut-être que ce jour-là, nous nous sommes sentis humiliés, attristés, déçus, rejetés, mal-aimés ou, encore, lors d’un accident de la vie, nous avons eu très peur, peur de m o u r i r,  peur d’être  a b a n d o n n é s   ou   d’a b a n d o n n e r   ceux que l’on aime ….etc.  Ces émotions se sont engrammées dans notre cerveau droit et peuvent avoir encore une résonnance dans notre vie aujourd’hui,

Ces phrases entendues pour « vrai » ont été enregistrées, mémorisées dans notre cerveau émotionnel (droit) et se sont transformées en croyances erronées, limitantes (manque de confiance, timidité…) et les situations douloureuses en blessures.

Notre cerveau gauche, nous a permis de mettre en place des fonctionnements, des comportements (addictions, phobies), des évitements (fuir au lieu de faire face), des stratégies, des automatismes pour composer et vivre « avec ces souvenirs »  au quotidien,

Mais notre cerveau droit (émotionnel), n’a rien pu mettre en place, et parfois, lorsqu’on repense à ces évènements, ça fait encore mal, ce n’est pas totalement digéré.

En présence d'un événement traumatisant

Après un traumatisme, le cerveau gauche, va pouvoir mettre en place un fonctionnement qui va nous permettre de prendre de la distance par rapport à la situation, de digérer et de poursuivre notre vie, Les jours, les semaines, les mois, les années vont passer. Ce traumatisme va devenir petit à petit un mauvais souvenir puis un souvenir que nous allons pouvoir un jour ranger dans l’armoire des mauvais souvenirs. Nous penserons alors avoir réglé le problème. Et bien NON, en partie seulement.

Le cerveau droit ne réfléchit pas. Il vit l’évènement émotionnellement : la peur, la colère, la déception, la honte, le stress, sont des émotions qu’il peut ressentir très fortement. L’évènement traumatisant peut laisser toute notre vie une empreinte inconsciente, une trace « émotionnelle », telle une cicatrice.

Et le problème est là bien sûr, car la vie est faite de croyances, de ressentis, d’émotions, de sentiments, de souvenirs, de mémoires qui dirigent nos actions, nos choix, nos relations.

Et c'est là qu'intervient l'hypnose

En état d’hypnose (ou en transe hypnotique), le cerveau gauche et le cerveau droit sont en extrême réceptivité et vont pouvoir « s’entendre », trouver une harmonie.
La personne hypnotisée ne dort pas, elle est dans un état de conscience élargie et d’hyper-vigilance intérieure.

L’hypnose n’a rien de magique. C’est un outil qui va permettre au praticien de dialoguer avec l’inconscient, chose qu’il lui est impossible de faire à l’état conscient.

La personne hypnotisée va pouvoir aller chercher dans son inconscient ses propres ressources, et elles sont nombreuses.

L’hypnose va permettre à la personne qui a vécu une situation douloureuse ou un traumatisme, de se libérer de l’émotion inconsciente, attachée au souvenir douloureux, celle qui empêche, celle qui bloque.

L’état d’hypnose va permettre de transformer la douleur, de prendre de la distance, de se libérer d’automatismes et mettre en place de nouveaux fonctionnements, de modifier une habitude, de décider le changement, de choisir un autre chemin pour avancer et ne plus subir.

Cela ne pourra se faire que si l’inconscient est ok avec ça bien sûr, car lui seul sait ce qui est bon et utile pour nous, Il nous connaît mieux que personne.
Concrètement, comment ça se passe ? Comment se déroule la séance ?

Catherine FALQUERHO
Thérapies Brèves
Lanester - Lorient et sa région

catherine.falquerho@gmail.com

Cabinet d'hypnose

Prendre rendez-vous :

Vous pouvez prendre rendez-vous via ce formulaire ou poster une demande d'information :

(les informations saisies ne seront pas publiées)